Du Jardin De Ké-al

Du Jardin De Ké-al Berger Australien

Berger Australien

Depuis toujours, les chiens sont ma plus grande passion et je souhaitais  leur consacrer en dehors de ma vie privée, également, ma  vie professionnelle. Pour ce faire, l'élevage canin me semblait la solution idéale.

Cependant, attention l'élevage de chiens n'est pas une activité à prendre à la légère, en suivant une formation d''éleveur canin, je me suis vite rendue compte que si je voulais me consacrer à une façon d'élever sérieuse et rigoureuse, telle que je le désirais, qu'il me fallait garder mon autre emploi pour financer ma passion, et oui..., contrairement à ce que l'on pourrait croire, on ne fait pas fortune en faisant de l'élevage.



Alors élever....pour qui ? Pour...quoi ?



Dans le seul but de partagez avec vous l'Amour du berger Australien,



Dans le seul but de vous offrir un compagnon inoubliable qui changera peut-être (très certainement) votre vie !!!!

 

Un travail qui demande beaucoup d'attention:

Je ne compte pas mes heures. A tout moment, je dois être disponible pour mes petits protégés. Entre les maladies, les gestations et les naissances, les journées (et les nuits) sont bien remplies.

Un salaire peu élevé

La rémunération moyenne d'un éleveur salarié se situe en général autour du revenu minimum (chômage). En tant qu'indépendant, celle-ci varie beaucoup suivant les races élevées, les demandes ... mais reste habituellement peu élevée.

Un budget à prévoir

Créer un élevage canin nécessite un budget relativement conséquent car il faudra prendre en compte un certain nombre de dépenses en amont : achat des chiens reproducteurs (en moyenne 1500 euros pour des sujets aux parents titrés en exposition), installations, jouets, accessoires, nourriture, budget pub pour faire connaître votre élevage, frais vétérinaires, vermifuges, anti-parasitaires (puces-tiques,etc...)

Un métier éprouvant

En tant qu'éleveur canin (comme tous les autres métiers de l’élevage) je dois parfois faire face à la maladie, à la souffrance voire à la mort des chiens. Mais surtout, même si je  fais ce métier dans le but de faire naître des portées, le départ de mes chiots vers leur nouvelle famille crée toujours un petit pincement au cœur auquel il est  difficile de se faire.

Donc pour tout vous dire :

Je passe tout mon temps libre avec mes chiens;

Je suis disponible pour eux;


J'ai  renoncé aux grasses matinées;

Nous ne partons plus seuls (en famille) en vacances;

Je mets ses enfants à contributions;

J'ai un emploi pour financer ma passion;

J'annule souvent des rendez-vous secondaires,

Je me désiste à la dernière minute de réunion de famille,si un de mes chiens à un souci;

Je pleure pour mon chien comme si je n'en n'avait qu'un;

Je saoule, tout le monde pendant des heures, à parler de mes chiens;

Je dépense sans compter à bien des niveaux;

J'étudie,j'en apprends auprès d'autres professionnels pour améliorer les choses;

On fait des sacrifices; 

Je n'ai pas une vie normale aux yeux des autres

Je n'ai presque pas d'ami... sauf dans le domaine des chiens;

Quand mon nettoyage est fini, il ne fait jamais propre longtemps,etc